Tradez plus facilement que jamais avec le Social Trading

Avec eToro, investissez plus facilement que jamais sur des actions d’entreprise (Google, Apple, Facebook, Amazon…),
des matières premières (pétrole, or, argent…), les cryptomonnaies et des devises (EUR, USD, YEN…) 💱💸

Notre avis complet sur eToro

Est-il sûr d’investir dans le bitcoin ?

Vous avez entendu parler du bitcoin et vous souhaitez investir dans cette valeur ? Si la crypto-monnaie a régulièrement défrayé la chronique, que ce soit à cause de son bilan carbone, des tentatives d’escroquerie apparues dans son sillage ou encore du pseudonyme dont jouissent ses utilisateurs, elle offre néanmoins des possibilités de gains très motivantes. Pour tout savoir des risques que comporte ce placement, lisez les lignes qui vont suivre.

Ce qu’est le bitcoin

Le bitcoin n’est pas une monnaie comme l’euro ou le dollar mais une cryptomonnaie. La différence provient de ce qu’elle n’est pas émise par une banque centrale mais générée automatiquement par un algorithme informatique. Son existence est contenue dans des fichiers électroniques disséminés à travers le monde.

L’origine du bitcoin se confond avec celle de la blockchain. C’est une technologie informatique qui consiste à crypter une information (comme par exemple une transaction) en l’associant à un code. Le rôle initial du bitcoin était de rémunérer les informaticiens hautement qualifiés ayant pour mission de valider d’une transaction cryptée réalisée entre deux particuliers.

Chaque fois qu’une transaction est vérifiée, l’algorithme crée de nouveaux bitcoins. Il a d’ailleurs été programmé pour ne mettre que 21 millions de bitcoins en circulation. Ce seuil d’émissions doit prévenir toute diminution excessive de sa valeur.

Les inconvénients du bitcoin

La blockchain est totalement affranchie des États. Ses utilisateurs n’apparaissent jamais sous leur véritable identité. Vous ne savez donc pas toujours qui vous propose d’acheter des bitcoins. D’autre part, le bitcoin n’est reconnu en tant que monnaie par aucun pays (à l’exception du Honduras). Certains en ont même interdit la vente et la possession. Sa nature empêche les particuliers d’être couverts par le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution en cas de faillite de leur courtier ou d’intenter une action en justice en cas de litige.

Le cours d’une crypto-monnaie n’est pas établi officiellement. Définie uniquement par la loi de l’offre et de la demande, sa valeur est alors extrêmement volatile. De moins de cent dollars en 2012 à plus de soixante trois mille dollars au mois d’avril 2021, sa variation aura été plus qu’importante au cours des dernières années. Les chances de gains (ou les risques de pertes) auxquels s’exposent les spéculateurs en sont considérablement amplifiées.

Les difficultés pour s’en procurer

Obtenir et détenir des bitcoins est loin d’être aisé. Il faut s’adresser à des plateformes d’échange, pour la plupart en ligne pour en acquérir via un virement bancaire. Le détenteur devra disposer d’un espace de stockage physique comme un disque dur ou encore une clé USB. Ces derniers sont donc des cibles de choix pour des cambrioleurs ou des cybercriminels. Ce dernier risque peut se produire en cas de fuite de données révélant l’identité des détenteurs de bitcoins. Un autre risque plus prosaïque, mais non moins fréquent, est d’égarer le support où se trouvent ces actifs.

Le bitcoin est un investissement de nature risqué. Il le devient davantage en s’adressant à des escrocs. De nombreuses offres existent en ligne sous forme de bandeaux publicitaires ou de vidéos qui appâtent les internautes crédules en quête de gains rapides. S’adresser à ces intermédiaires douteux, c’est risquer non seulement de ne pas récupérer les sommes confiées mais aussi d’exposer des données personnelles (adresse mail, numéro de téléphone) en remplissant un formulaire en ligne. L’exposition de données augmentent les risques de devenir la cible de démarchages téléphoniques et/ou de mail faisant office de cheval de Troie pour introduire des virus informatiques.

Il est donc nécessaire de s’adresser à des partenaires reconnus comme fiables. L’Autorité des Marchés Financiers a créé en 2019 le statut de « Prestataire de Services sur Actifs Numériques » qui n’a été attribué pour l’instant qu’à vingt-deux courtiers.

Les risques qu’entraîne la volatilité du bitcoin

Plusieurs raisons expliquent la variation du cours du bitcoin. La première d’entre elle est son statut de « valeur refuge ». Comme l’or ou les matières premières, elle est demandée lorsque les autres produits perdent de la valeur sur les marchés financiers. Ce qui accroît automatiquement les risques de dévaluation lorsque la situation se stabilise.

La liquidité du bitcoin, c’est-à-dire la facilité d’échanger des bitcoins en une autre monnaie, est une autre explication. La simple annonce de davantage possibilités de règlement avec la crypto-monnaie suffit à faire varier sa valeur. L’exemple d’Elon Musk est éloquent : après avoir annoncé en février 2021 la possibilité de régler avec des bitcoins l’achat d’une voiture de la marque Tesla, que Musk dirige, son cours avait battu son record pour atteindre 45 000 dollars … puis de replonger le 13 mai de cette année lorsque le milliardaire est revenu sur sa décision. Les  possesseurs du portefeuille en bitcoin risquent de ne pas pouvoir changer leur montant rapidement contre une autre monnaie ou de ne pouvoir le faire lorsque son cours est moins intéressant.

Les risques des investissements en bitcoins

Les opérations financières qui s’appuient sur cette crypto-monnaies sont des produits dérivés non réglementés nommés Contrat For Difference (CFD). Plutôt que de détenir des bitcoins, vous en achetez ou en vendez à une date convenue d’avance. Les chances de gains dépendent alors du cours du bitcoin le jour J. Les risques de ces contrats sont accrus en cas d’effet de levier. Il s’agit d’un emprunt pour augmenter la mise de départ. En cas de gains, celle-ci est multipliée mais en cas de perte, les investisseurs devront débourser des sommes parfois très importantes pour rembourser leurs créanciers en plus de perdre leur mise.

Non seulement les chances de réaliser une plus value sont très limitées, mais  les prélèvements fiscaux obligatoires viennent grever les gains obtenus. Qu’il s’agisse de plus-values issues de la vente de bitcoin ou des revenus tirés d’opérations financières, ces sommes sont soumises à un prélèvement forfaitaire de 30 %, auquel il faut ajouter les frais facturés par le courtier.

Un placement à éviter

De manière générale, la nature du bitcoin et les aléas auxquels est soumis le marché de la crypto-monnaie rendent très peu sûrs les placements que l’on y effectue. Ils ne sont alors conseillés qu’à des connaisseurs des marchés financiers et de la blockchain. Il faut aussi être parfaitement conscient des montants qu’il est possible de perdre en se constituant un portefeuille de bitcoin ou d’une autre crypto-monnaie.