Tradez plus facilement que jamais avec le Social Trading

Avec eToro, investissez plus facilement que jamais sur des actions d’entreprise (Google, Apple, Facebook, Amazon…),
des matières premières (pétrole, or, argent…), les cryptomonnaies et des devises (EUR, USD, YEN…) 💱💸

S’inscrire gratuitement sur eToro

Le conflit entre Washington et Pékin risque grandement de nuire à la croissance économique mondiale

Le conflit entre Washington et Pékin risque grandement de nuire à la croissance économique mondiale 1

Le mois dernier a été marqué par un cri de cœur lancé par la FMI à l’encontre de Pékin et Washington. En effet, les tensions qui opposent les deux parties sont en train de miner la croissance économique mondiale.

croissance économique mondiale

L’économie mondiale ne va pas mieux

Au début de l’année, la FMI avait tablé sur une croissance économique mondiale à 3,9 % pour cette année 2019. Mais depuis, elle a révisé ces prévisions, pour en arriver à 3,3 %.

Christine Lagarde, qui est en tête de cette institution estime que les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis constituaient un réel blocage.

Les deux parties étaient pourtant sur la bonne voie pour trouver un accord, et tous étaient déjà soulagés que la menace sur la croissance économique mondiale s’était résorbée. Mais il a fallu des rumeurs et des tweets disgracieux pour que tout tombe à l’eau.

Donald_Trump

Bras de fer entre grandes puissances

La réaction du président américain Donald Trump ne s’est pas fait attendre, il a relevé les taxes douanières sur de nombreux produits chinois depuis le 10 mai. Là où le bât blesse, c’est que ces produits représentent quelque 200 milliards de dollars par an pour la Chine.

Cette dernière, qui a vu son PIB multiplié par trente en moins d’un demi-siècle, n’entend pas céder à la pression. D’ailleurs, les Américains seront les premiers à payer le prix de cette décision.

Par exemple, on sait que certaines entreprises comme Adidas, Nike ou encore Puma fabriquent leurs produits en Chine, et ont demandé au président américain de les enlever de la liste concernée par la révision à la hausse des taxes douanières.

Mais encore, il faut se rendre à l’évidence que 41 % des importations de vêtements, d’articles de voyages et de chaussures aux États-Unis sont assurées par la Chine. Qui dit hausse des taxes douanières dit donc augmentation des prix pour le consommateur final, qui ne peut pourtant pas boycotter ces produits.

gouvernement_Trump

Une récupération politique n’est pas à écarter

Voilà maintenant plusieurs années que le gouvernement Trump ne cesse de chercher un bouc émissaire, concernant le ralentissement de l’économie américaine. Si ce n’est pas le Mexique ou la Réserve Fédérale, alors c’est la Chine qui exploite les États-Unis à travers des relations commerciales bancales.

On peut alors supposer que cette politique menée par Trump et son gouvernement est motivé par la reconquête de l’électorat américain en vue des prochaines présidentielles. D’ailleurs, protéger les avantages des États-Unis face à une Chine de plus en plus menaçante économiquement est une idée qui pourrait séduire les républicains. Il suffit de voir la cote de popularité de l’actuel homme fort de Washington, qui ne s’est jamais aussi bien porté depuis son élection.